Genèse

De AnimalZooFrance
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CHARBEL A. pense que le passage de la Genèse 2:18.20 est une condamnation implicite de la bestialité, pratique courante chez les voisins d'Israël (Cananéens et Égyptiens)[1] . Cette "perversion" est condamnée par Ex. 22:18 et Lv. 18:23 et 20:15-16.

"18. L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui.
19. L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme.
20. Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui."[2]


Notes[modifier]

  1. (it) A. CHABREL, "Gen. 2, 18.20: Una polemica sottintesa dello Jahvista", dans Bibbia e Oriente Fossano, vol. 22, n° 4, 1980, p. 233-235.
  2. Genèse 2 sur wikisource