Horse-ripping

De AnimalZooFrance
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Horse-ripping ou horse-slashing est une forme de phénomène de cruauté animale concernant des sévères blessures infligées aux chevaux incluant souvent des mutilations de leur appareil génital et des tailladements du flanc ou de l'encolure. Il n'a pas été établi cependant à quel point ces blessures étaient causées par la cruauté de l'homme. Le terme "Horse-ripping" n'est pas totalement neutre puisqu'il implique qu'il y aurait nécessairement un homme derrière ces mutilations.

Le "horse-ripping" n'a rien à voir avec la zoophilie.

Cas[modifier]

Il y a eu 160 cas rapportés en Grande-Bretagne entre 1983 et 1993 et 300 en Allemagne entre 1992 et 1998[1].

Ces dernières années l'idée s'est généralisé que ces attaques étaient délibérément causées par des personnes et parfois motivée par des raisons sexuelles. Les défenseurs de la cause animale ont aussi mis en avant des liens entre ces attaques sur les chevaux et des "cultes de fertilité"[2]. Au moins un cas initialement considéré comme du "horse-ripping" a finalement été reconnu comme ayant été causé par un autre cheval[3].

Les preuves sont rares même si un homme a été reconnu coupable aux Pays-Bas d'un grand nombre d'attaques sur des chevaux et des poneys ainsi que du meurtre d'un sans-abri ainsi que de plusieurs tentatives de meurtre[4][5].

Pendant la période edwardienne en angleterre, George Edalji fut fortement accusé de horse-ripping. Il fut défendu par Conan Doyle.

Critique[modifier]

Plusieurs investigations ont montré qu'on pouvait douter du fait que tous les incidents de "horse-ripping" pouvaient être attribués à des faits humains. Pour des cas similaires de mutilation de bétails d'abord connus comme un phénomène américain, les extra-terrestres, des pratiques cultuelles et la cruauté à l'égard des animaux ont été mis en cause. Mais des recherches ont montré qu'il s'agissait de causes naturelles ou indéterminées dans la vaste majorité des cas.

Si ces blessures étaient infligées par des humains, ces pratiques sont absolument condamnables et détestables. Elles n'ont par ailleurs rien à voir avec la zoophilie.


Lien externe[modifier]

Source[modifier]

en http://en.wikipedia.org/wiki/Horse-ripping

Notes[modifier]