What It’s Like to Date a Horse - Interview d'un zoophile

De ZetaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Texte intégral

« What It’s Like to Date a Horse »
By Alexa Tsoulis-Reay

Bestiality, the act of having sex with an animal, tends to conjure images of a mucky, socially inadequate, desperate farmer sneaking into the barn after dark, or depraved groups of thrill-seekers forcing sex with drugged, abused, or otherwise mistreated animals (like the case of Douglas Spink and the animal-sex-tourism farm in Washington State).

But the sexual identity that can be attached to bestiality, zoophilia, remains little understood. In 2002 the sex therapist Hani Miletski published Understanding Bestiality and Zoophilia, a book based on her study of almost 100 zoophiles — research that led her to conclude that many form deep, loving, and very nurturing relationships with their animal partners. While it’s certainly not a homogeneous community, many “zoos” (as they are known to self-identify) are monogamous and live with their animals as if they were human partners. As a result of legal restrictions — sex with an animal is illegal in most U.S. states and European countries — the lived experience of being a zoo is rarely heard outside of underground online forums or secret meet-up groups.

Here, a 42-year-old man from Canada describes his life as a zoophile attracted to female horses.

When did you first realize you were attracted to horses? Do you have a horse “coming of age” narrative?
The first time I saw a horse I was 7 years old. There was a carnival in a parking lot across the street from my house and it had a parade of them walking around in circles. I begged my parents to let me go so I could ride the ponies, but when I got on a horse’s back I was absolutely horrified. I bawled my eyes out. I think I was bothered by how awful the situation was for them. All they did was go 'round and 'round; I could sense something about that in their attitude.

Did you experience sexual feelings?
No, I was only 7. I started to notice horses in “that” way when I was about 11 or 12. Everybody else was stealing their dads’ Playboy magazines, but I had a book called The Big Book of the Horse.

Your Playboy?
Essentially. It was a very interesting book — everything you ever wanted to know about horses. At the time I didn’t really think of myself as different or unusual; it was just what I was interested in. I wasn’t going to go broadcast what I was doing, but I also wasn’t thinking to hide. I feel like my sexual development was bang on — I just had a different affection.

So the book aroused you? Did you masturbate over the images of horses?
Oh, yes. And later I’d go to pre-internet online dial-up forums and that’s where I came across bestiality porn. And I didn’t realize it was abnormal at that time, but the comments attached to those pictures were all going on about how disgusting it was. I was 13. So that would be when I was first aware that I was different. I grew up in the city, so I didn’t have much access. I always was on the lookout for horses when I was traveling. I saw farms that I’d have loved to go explore, but they were never near my home. Sometimes I wonder if I just lacked the courage.

This was during puberty. Does that mean it’s fair to say that your sexual awakening revolved around horses?
Yes, absolutely.

Did you have sexual feelings toward humans as well?
No, not until later in high school when it came to be the expected thing. But I didn’t get that close to anybody until I was about 20.

What was your adolescence like? Did you experiment sexually?
Before the age of about 10 there was no more than some “I’ll show you mine if you show me yours.” Then it was pretty boring until high school. My interest was horses. At school you could have called me asexual. It’s not as if I didn’t have friends or engage in activities, but I was a little nerdy and not at all athletic. I’ve always been somewhat overweight. I don’t think I had any more or less trouble with the “in” crowd than any other kid, and I know a few people looked up to me for my abilities in math, science, and the fact that I was always willing to help people.

Did you date at all?
I did ask a girl to the prom. Now that I look back, I feel so sorry for her. We sat at the table and didn’t dance. I don’t even think we hugged. As much as I later experimented with people, I was always sure I wanted horses. It was never a case of “I’m just giving this a try to see if I would prefer humans.”

When was your first kiss?
My first kiss was from a man named Mark. He was aware of my sexual preference and interested himself in dogs after a fashion. That was about two months after I lost my virginity, so I was about 22. In all honesty, I’ve never liked kissing men; rough beards do not turn me on.

So you had your first kiss after you lost your virginity? Did you lose your virginity to a horse or a human?
A horse.

There must have been a lot of buildup.
Yes, the pressure builds and builds and builds. And losing your virginity is important to becoming a “real” zoophile because you’re joining a very select group of people, and if you haven’t actually “done it,” people wonder if that’s your real sexuality. So there’s some hazing that goes on. I’d wanted to have the sexual experience as well as the street credit among my peers — the zoophiles I’d met online — because they were my closest friends, really.

How did you find a sex partner?
One of my friends had access to a nice female pony, and he let me have sex with her. She was a Shetland-cross, and she had dorsal stripes — the black line across the spine — and that’s something that’s turned me on ever since.

What was it like?
My friend was there at the time, and he was holding her head. He didn’t have to do that — it’s not like we were doing things that she wasn’t enjoying — but he was there to protect me. He had his back to me, and he was holding the lead rope to make sure that she was okay and also to prove that I’d actually done it. The sexual experience itself was incredible. To this day it was the best sex I’ve ever had. But in some ways I regret that first time.

Why?
Because I didn’t get to know her first, and I’ve since come to understand that enthusiastic participation makes the experience better. So I kind of wish it had been different. I think a lot of people build up that first experience and whether they are straight or a zoophile.

So, how do you have sex with a mare? Do you always develop an intimate relationship with her first? Is there foreplay?
I’ll tell you about the first time I had sex with my current mare friend. It’s sort of a comedy of errors. So I’d had her for about a year. I had her in the barn. I’d given her food. I’d brushed her, cleaned her under her tail, and cleaned her face. I’d scooped snot out of her nose — we know each other very intimately. We were in a barn with all the lights out and a nice warm heater; it was lovely. So, she was settling in for the night, and I went to the stall and I just sat in the corner. I let her come to me, and that’s one of the things I am very adamant about: I never use a halter or any kind of restraint.

So, she chooses to come with me, and I leave her food and she puts her head on my chest and we snuggle and I whisper sweet nothings in her ear and rub her cheeks — what she likes. By this stage, she knows I’ll rub her thighs. She really loves the area between the back of her legs touched. So, she turned around and she actually backed into me while I’m sitting down. I slip my hands up a little further up and play with her genitals.

Her clitoris?
Yes. Now, one of the things that’s a problem with horses is the height difference. So, here’s a little tip: Use a water bucket to stand on. In the case of the first time with my current mare friend I was sitting with my back to the wall, and she had actually pressed into my face hard enough that I was pinned there performing oral sex.

She was dominating?
She was enjoying it. I wouldn’t say she was trying to dominate; I think she was just expressing her enjoyment. We did that for about 20 or 30 minutes. Mares aren’t easy to satisfy. They need a lot of stimulation. This leads me to the penetrative sex. I was about 38 at the time, and I was about 10 to 15 pounds too heavy for the bucket. So we have this plastic bucket upside down, and I’m standing on it and my drawers are dropped. I’m in the corner of the stall, and my mare friend has turned around and is looking at me strangely, and she comes over and sniffs and rubs and snuffles me. Because horses love biting things I was a little bit concerned; I kept my hand in a way that I could save myself if I needed to. But the really interesting thing is that after having oral sex she turned away from me, lifted her tail, and walked backward into me and actually onto me.

Unfortunately, the bucket was buckling, and I fell off. So while there was penetrative sex, that was my first big time with my mare friend: having to catch myself after falling off a bucket backward.

Are there health and safety concerns? How did you know how to do it safely — did you educate yourself first?
There are a lot of things to think about. I’ve had the luck and the privilege to know two veterinarians and a doctor who were open to the idea, so I talked to them and I investigated zoonosis — the transference of diseases from animals to people. Overall, it’s safer with a horse than a human. Horses have parasites, but they generally don’t, like us. STDs are only a risk if you share horses, and I don’t do that. Early on, an experienced zoophile friend took me under his wing and taught me something I’ll always remember: A horse is going to give you his butt before he will ever give you his head. Horses kick.
That’s what I was thinking. Whenever I get near a horse, it wants to kick me …
You know, it’s amazing — I don’t know if I have this innate thing or something, but only one horse has ever tried to kick me and that was while I was picking out her hooves, never during sex. Horses might bite people who come into their space, but maybe that’s because a lot of them are just used to people coming into the stall, putting on a bridle, taking them for a three-hour run, and putting them back.
I take it you disagree with the idea that it’s abusive to have sex with animals?
Each time I have a conversation about this I see other people’s darkness projected onto what I do. Yes, anyone could tie up a horse to make sure it couldn’t hurt you and then do whatever they want to it. And, of course, that does happen. But I’ve met maybe 150 to 200 zoophiles, and I’ve never seen that. There are some people whom I would never want to associate with because they are not good people, but there are bad people in life in general.

Sex with animals is just so poorly studied. We are a varied community: city folk, country folk. The popular image of that person on the farm who goes and abuses animals because there’s no other outlet, that’s not the case. That’s just not always what happens.

What sex acts do you usually engage in?
I mostly have oral sex with mares. When I first gave a horse oral sex I was in my early 20s, and one of the things I had to overcome was the thought that it’s disgusting to go down on a horse, much like the way some men feel about women. So it was at the back of my head at the time, and it’s kind of strange because there’s nothing about horses that’s disgusting to me. And, as I discovered, mares taste very, very nice, like mown grass or fresh hay, and they really enjoy oral stimulation.

I’ve always made sure, except for the first few times when I was a neophyte, that my partner has an orgasm, whether it’s a human or a horse, because I want her to have a really good time, and oral is something she almost always enjoys.

How can you tell when a mare is having an orgasm?
She tenses up a lot and “winks” her clitoris repeatedly. She makes noises and grunts.

What’s your number?
Between 15 and 20 horses, and about six or seven humans.

Can you remember each encounter?
I’d have to sit down and figure it out. When I was younger I was experimenting with stallions, and that was not really my thing, so I don’t have as much memory of those.

Is that because you’ve tried to block it out?
It’s more that it’s faded into time. I remember all the mares, but the male horses not so much. I haven’t done anything with a male horse in 20 years.

Was that anal sex?
Masturbation and anal sex. I can’t be penetrated. I have severe hemorrhoids so it’s too painful, and that made some of my gay relationships difficult, but I was always happy to pleasure my partner.

Gay relationships? When it comes to humans, do you identify as gay or straight?
That changed in my early 20s, but right now I would say I’m 90 percent heterosexual with humans and with horses.

Why did that change?
The very first human I ever loved died of AIDS about six weeks after I met him. My therapist tells me that probably had a profound effect on me

When did you seek therapy, and why?
I saw a clinical psychologist following a recent trauma around two friends suddenly dying, and this perhaps reactivated the trauma of the death of my first love. After questioning her repeatedly on what she was legally required to do if I confessed certain things to her, I decided to come clean and explain to her why horses are so important to me.

After consulting with her mentors, experts, and other sources, she told me that she felt I didn't need treatment for my attraction. To which I went, "Well, duh." I'm not sick.

You associated the trauma of your first love dying with your homosexual experience? It was raw trauma. When I heard the news I was in upstate New York with some friends. I remember everyone was trying to console me, and I left the house and went out to the pasture and just screamed. I was bawling. He didn’t know he was infected. We didn’t know until after he died. But yes, that was definitely traumatic. He was the first person I ever loved. That’s how I know sexuality can change, because mine changed. My gender preference changed.

But not with horses, right?
That is true, yes. It has always been mares.

Are you monogamous with mares?
Yes, currently. I have two mares, and one is my mare friend and the other one is just a mare. I’ve never done anything sexual with her.

Does your mare friend have a name?
I usually call her Sexy Knickers, but her name is Ms. C.

How long have you been together?
Five years. I picked her up for $100 because she was going on a meat truck. She’s an Arabian. I’ve never had a relationship with a horse that was as in-depth as the one I have with her. I much enjoy her company; it’s really not just about sex. That’s something that a lot of people don’t understand.

Do you see her as a partner in human terms? Or is the human model the wrong way to think about it?
That’s sort of how I see it, but I guess it’s silly to project human-relationship standards onto an animal. You see, I’ve been married to a human woman for 19 years. So I would say I’m in a polygamous relationship, or at least an open relationship. My wife is the one who encouraged me to go and buy some horses.

Has she always known about your interest in mares?
We had very serious discussions, and I told her from the start that the horses were always going to be important to me.

How did she react?
She was very, very open. It’s never been a secret or, like, something I surprised her with or made her feel like she had to agree to or we were going to break up. I don’t want to sound trite, but communication is very important in marriage.
Is it communal? Do you do it together, or does she watch?
No, but she’s more than welcome to. She’s offered to stand guard to make sure that I get privacy because one of the issues I have at the moment is that my mares can’t live on my property. So I haven’t been living with my mare friend for almost two years. It’s really depressing. But that’s to protect her: If I get caught, I can guarantee you the first thing they are going to do is put her down.
Will it stay this way for a while?
Until I can find extra money in my budget to move her out of a public stable. It’s unfortunate because there are houses around the field and there’s not much privacy.

How do your relationships usually end? Is there a breakup? Have you ever had to grieve for a mare?
One of the things people say about horses is that they are always saying good-bye. They get sold, they move on, or someone takes them out of the country. This is the first time I’ve actually owned a horse. So she will be with me until I can no longer care for her or until she passes on. There’s absolutely no question in my mind as far as that goes.

The thought of losing her terrifies me. This summer she had colic, which can be deadly. I held her in my arms and told her good-bye because I thought she was gone. It was very bad. I was sitting on the corner of a box, and she came over and she sidled up to me and she put her belly against my shoulder so I could rub her where it was hurting, and I thought to myself at the time … sorry, this is making me a little emotional … I thought that it was something I could do to help ease her off on her journey across the rainbow bridge, which is what zoophiles talk about. When animals die they will go across the rainbow bridge and wait for their companions there. Anyway, the good news about that is she made it, and by 6 p.m. that night she was back to her old self.

That must have been such a relief …
It really was. I honestly can’t imagine what I would have done to try and get over that.

Do you and your wife have kids?
No, we don’t have kids. We are unable to do so, but we wouldn’t want to anyhow.

How would you feel if your mare friend were to have sex with another animal?
You know, a lot of people would be jealous, but I wouldn’t as long as she was happy and enjoying herself. A lot of animal sex tends to be forced, although I’m pretty darn sure my mare friend could protect herself and make sure she was getting what she wanted out of any sexual situation. I would, however, prefer she didn’t have sex with another human — one of the reasons is diseases, but also you can never be sure of people’s intentions.

Do you have a “type” when it comes to horses?
I really like the dorsal stripe and other markings. I tend to like darker horses because of the contrast between the inside and the outside. Personality is important. I’ve become attracted to Arabians after meeting my current mare friend and seeing the kind of bonding they can do with humans. My therapist actually asked me that about horses. She said, “What do you like about horses?” And I said, “Everything … everything from the hock and the hoof to the nostrils and the thighs and the neck and the way the neck curves and the muscles along the flank.” I can’t identify one thing that stands out for me, or something that I have to have in a horse.

Is that the same with humans?
No, I do have a distinct physical type. I tend to be attracted to heavier women (I like hips), and with men I tend to like clean-shaven, younger-looking men. As members of society we are educated in what we should be looking for in fellow humans, whereas with horses we don’t have any of that teaching.

Since there’s so much stigma attached to being a zoophile I imagine that means you don’t tell many people. Does it cause a split personality? What is it like for you to have a sexuality that’s not really accepted or understood?
I’m really lucky to have my wife, because nobody would ever guess. I’m a private person, and I have no desire for people to know what I’m doing with my penis. I’m one of the luckiest zoos alive, as far as I can see. Having said that, though, you are quite correct that it’s something that makes people feel confused and alone, and they have no idea what to think about what they are, and they can’t talk to anybody. I’ve heard stories of people getting shock or aversion therapy. I really don’t understand the hatred.

Do you wish you could be out and proud?
Absolutely. I’ve always been a very political person, and one of the reasons I started seeing a therapist is because I found that lately I’m having trouble with what people say about zoophiles. The same arguments over and over again, and nobody can support me because they get labeled. It’s been very hard dealing with those emotions and the heaviness of what it would be like to get caught and what’s being said and done to zoophiles, and the fact is, rather than actually engage with us, people would prefer to ignore us.

What have I done? I am a normal, average, hardworking guy. I pay my taxes, I make fairly good money, I have a nice house. I have dogs, I have ferrets, I have cats, a couple of rats, chickens in my backyard I’ve saved from places where they were just going to get killed. What have I done that's so wrong? What is so wrong about physical contact between my penis and a mare’s genitals? And it does bring a weight. The experience of being a zoo adolescent was extremely lonely. I had no one to turn to, nobody to ask questions, and even if I had trusted someone I feel now like I would have gotten bad, heteronormative advice. It was a silent day-to-day struggle.

I guess one of the major criticisms, aside from moral concerns, is that an animal can’t ever give verbal consent. What’s your response to that?
I believe that question is asked because there is no answer to it and so it proves the point that zoos are bad. However, I answer it in a threefold way. First of all, why are people concerned about consent when my sexuality is involved but not when it comes to drinking milk or eating steak, both of which require artificial insemination and semen collection, which are very sexual acts? You put your arm inside the cow, and you masturbate the bull. So obviously consent is not really the issue.

Second, if someone is mute and can’t write or give you a verbal response, are you allowed to have sex with them? Even if they are an adult and mentally sound? Are words the only way to get consent? I don’t know how often this comes up when a mute wants to have sex, but that’s another way of looking at it.

The third thing is, honestly, for me consent is so obvious in the relationships that I have. Consent is very important to me. Nobody asks for consent for anything from animals. So I’d argue you aren’t worried about consent; you’re worried about where my penis is. Do you go up to a strange dog and automatically pat him on the head without looking him in the eye to make sure he’s okay with it? No smart person does that because the dog could bite your hand. If he’s perky and happy you go in for the pet; if he’s not you don’t want to interfere with him. So for me that’s a good way to make people understand that an animal doesn’t need words to consent to being touched.

Does your wife ever get jealous of your relationship with your mare?
I don’t want to answer that because I don’t want to speak to her feelings. That’s for her to say.

But there are points of tension in any relationship. Would it be fair to say this might be one of them?
It’s not something we’ve argued about, but does it cause tension? Possibly. But like in a polygamous relationship, everybody is aware of what’s going on. The first person I talk to about my mare friend is my wife so there’s nothing there for her to be jealous of.

Do you still look at animal literature and images? Do you find animated or fictional horses attractive?
Honestly, I really prefer mares I know in real life. I don’t watch horse pornography.

Do you ever take sexual photos of your mare?
Generally not.

Maybe once or twice?
If I happen to see a tail flicked off to the right side at the right time I might snap that photo, but it’s not something that I’m always looking at.

Is that unusual for a zoophile?
I would describe it as extremely unusual. When I was younger there was a lot of that sort of thing, but I think that’s more to do with being a walking hormone. When I look at beasty porn I see animals who aren’t being taken care of and are probably drugged. I can tell right away when a horse is not enjoying herself. A lot of it is made just for the money by the same producers as other porn, and they have about the same respect for animals as they do for women.

Are you sad that the world doesn’t understand your sexuality? If you look back over the course of your life, has it caused you more pain than happiness, or do you think that you have discovered something that is unique and special?
That’s a twofold question. I would never recommend this life to anybody. It’s very difficult. It’s nerve-racking coming to grips with having an alternative sexuality like this, and until you have a lot of experience you really doubt yourself. Am I actually doing the right thing? Am I hurting this animal?

To answer the second half of the question: I love me. I love who I am. I love my sexuality. It’s brought me so much joy being around horses, and I’m not just talking about the sex but the riding and the grooming. How could I not want to have that? While I certainly wouldn’t encourage anybody to participate in this kind of lifestyle, I do feel that I have to help people who feel the need to. One of the things that a Kinsey study showed is that most of those who engaged in sex acts with animals didn’t make it to old age.

Suicide?
I’m assuming. I do know that almost every zoophile I’ve ever talked to has had a brush with death. Some of them have had really shitty, crappy lives, and I can’t blame them. When I was 18 and coming to terms with being a zoo I got to the point where I was holding a knife to my wrist. The world is telling you you’re an awful creature of heinous proportions — what else are you going to do? The thought that came to me was if I were to kill myself now, I would never have those horses in my life. And that was why I decided it wasn’t going to happen and I was going to go on with my life. I wish we could talk more openly about sex and alternative sexual interests, or just sex in general. The fact that I hear teenagers saying they don’t know where babies come from doesn’t make sense to me

Do you want the law to change?
Having sex with an animal should be legal. There’s nothing wrong with it. But I would like to see stronger animal-cruelty laws. There’s this infamous video from Europe of a man who is having sex with chickens. Guaranteed he’s hurting the chicken, and he belongs in jail or therapy or something because that’s not right. I want people to know I’m a normal guy. I would never rape an animal. I’m a pacifist. Are there people who do that? Yes. There are also people who do that to women. That’s a problem beyond having an animal or having relations with an animal. There’s something else going on. It’s a power dynamic.
This is an odd transition, but I was wondering if you eat meat?
That’s the ultimate question for zoophiles. I look to do harm reduction to the meat I eat. It comes from a local organic farm, and I know the butcher who butchers the meat. I try to eliminate all the cruelty from it. I have backyard chickens and free-range eggs.

So, how often do you have sex with your mare friend?
I would say we have intercourse at least once a week. If she could get away with it she’d do it every day. I kid you not; she’ll back into me and ask me to rub things almost every day. I don’t have the sex drive of a 20-year-old, and she goes through seasons. It’s impacted by the sunlight and the warmth and stuff, so she’ll get exceptionally horny at certain times, and I’ll usually try to do stuff with her then. When we are going some place new there’s usually a hiatus because she’s not comfortable with her surroundings, so generally if we move stables there would be a break.

Do you ever spend the night with her without having sex?
Just being with her is more than enough for me. Sex is an extra. I’ve spent the night in her stall. Horses like having someone watching over them.

Does your wife mind when that happens?
She understands it, and it doesn’t happen very often, especially now that she’s in a public stable. I wish it could happen more often. My dream home would have the barn as part of the house.

Has Ms. C. ever rejected you sexually? Have you ever had a bad or sad sexual experience with her?
There have been times when she wasn’t interested. I always try to please my partner before I get pleased, and to be honest, I enjoy that even more.

How do you feel if she doesn’t have an orgasm?
I keep working at it until she does. It’s very important to me to know that she has had that pleasure.
What’s the longest time it’s taken, and what’s the average?
I get into some pretty marathon sessions. I’ve spent four- or five-hour evenings with a mare because she wanted more. It was multiple climaxes. Usually it takes a half-hour, an hour at most just to make sure. And, honestly, like most men I can deal with myself in five minutes.

If you are having oral or manual sex with her do you masturbate at the time, afterward, or not at all?
I’ve done all three, but often I won’t at all. It tends to happen more during summer nights because it gets quite cold in winter.

Do you dress up for her?
I just wear barn clothes, nothing fancy because I’m going to get dirty. She has no concern with what I wear, so neither do I. However, I don’t wear sunglasses. And the reason for that is so she can see my eyes and where I’m looking. A lot of communication with horses is through the eyes.

Do you do special things together, like go on “dates”? Do you buy her gifts or acknowledge anniversaries?
Our fifth anniversary was on Halloween and I groomed her extra special. I have mixed emotions about dates. I like going out into the paddock and sitting with her and watching her eat. But it’s not a traditional date; she doesn’t really have much in the way of choice except to accompany me or not come to me. I have to load her up in a trailer and take her out of her comfort zone, so I have a little bit of trouble calling it a date. But on our anniversary I spend extra time grooming her, and I feed her apples. I’ll take her for a walk around the block. It’s hard to get a horse into a fancy restaurant.

Are you proud to have her on your arm when you take her out?
I would like it to be like that, but I don’t want anyone getting suspicious. I love it when people compliment her because it makes me feel like I’m taking good care of her. I’ve tried to walk her around the town, and that’s a pride thing. I love showing her off; I think she’s gorgeous. It’s dangerous to anthropomorphize the relationship, but I’d love to say, "This is my girl, and she’s on my arm."
How do you feel about zoophiles who aren’t monogamous?
I try not to judge, but I tend to be unhappy when people are so focused on the number of animals they’ve had sex with, when the only goal is to have another notch on the belt. I met someone who keeps a spreadsheet of the width and girth of every stallion he’s ever slept with. That objectifies the animal, and it removes the personal relationship.

If you had to choose between only ever being able to have sex with a horse or a human, from now on, what would you decide? Would that present a dilemma for you?
It would be a horse, absolutely, no question. The only reason it would be a dilemma is because my wife means so much to me, and she’d be very unhappy with that. So then the question becomes, Would I leave my horse or leave my wife? I couldn’t make that decision easily. I don’t know if I could survive answering it, quite frankly. Not because of the sex but because I love my wife very much and I would not want to hurt her.

Do you worry about your horse eventually losing sexual interest?
Ever since she’s been sick she’s been treating me differently. Part of that is because we have a new horse in the pasture, and this bothers me quite a bit.

How’s she acting? Is she being distant?
It’s so subtle it almost sounds silly, but she moves away from me, and she’s never done this before so that’s really on my mind right now because I want to repair the relationship. I assume I did something or helped the vet do something that caused her pain or upset her in some way. Also, I haven’t had a lot of time to spend with her for the last two months, partly because of work and partly because it’s getting dark early so I can’t see to do much of anything. It’s so hard to communicate the subtle things that change between me and an equine partner, but I really have to pay attention, and if I missed what happened it’s a real case of sleuthing. It puts a real damper on the rest of my life when we aren’t getting along.

When she’s acting distant like that do you wish you could ask her what’s wrong?
I would love it if we had telepathy or if there were a little machine I could pop on her forehead and see what she’s thinking, but I would never want to spend the time talking to her as if she were a human, because she’s not. I like the way we can partner without speaking. That’s something that’s quite important and a very special part of the bond. If she could talk that would make her less of a horse.

This interview has been edited and condensed.

Traduction

« Quel effet ça fait de sortir avec un cheval ? » [1]
Par Alexa Tsoulis Reay

La bestialité, le fait d'avoir des rapports sexuels avec des animaux, à tendance à nous donner l'image de sales, asociaux et désespérés paysans qui s'infiltrent discrètement dans l'étable la nuit tombée, ou encore des groupes dépravés de chercheurs de sensations fortes qui violent des animaux drogués ou maltraités (comme le cas de Douglas Spink et la ferme de bestialité-touristique dans l'Etat de Washington).

Mais la sexualité associée à la bestialité, la zoophilie, reste peu comprise. En 2002, la thérapeute sexuelle Hani Milteski a publié « Comprendre la bestialité et la zoophilie », un livre basé sur l'étude de plus d'une centaine de zoophiles - recherche qui l'a mené à la conclusion que beaucoup d'entre eux ont des relations profondes et amoureuses avec leur partenaire animal. Bien qu'ils ne soient pas une communauté homogène, la plupart des « zoos » (comme ils se qualifient eux-mêmes) sont monogames et vivent avec leur partenaire animal comme s’il était humain. Le résultat de nombreuses restrictions législatives – les rapports avec les animaux étant condamnés dans la plupart des états des USA et des pays européens – est que le vécu d'être un zoophile est rarement entendu hors forums cachés et réunions secrètes en groupe.

Ici, un homme de 42 ans du Canada décrit sa vie de zoophile attiré par les juments.


Quand avez-vous réalisé que vous étiez attiré par les chevaux ? Avez-vous une anecdote ?
La première fois que j'ai vu un cheval, j'avais 7 ans. Il y avait une fête foraine de l'autre côté de la rue où j'habitais et il y avait une parade de chevaux qui marchaient en cercles. J'ai supplié mes parents pour y aller afin que je puisse monter un poney, mais une fois sur le dos d'un cheval, j'étais absolument horrifié. Je pense que j'étais dérangé par leur terrible situation. Tout ce qu'ils faisaient était marcher en cercle et tourner, tourner ; Je pouvais sentir quelque chose dans leur attitude.

Aviez-vous des pulsions sexuelles ?
Pas du tout, j'avais 7 ans. J'ai commencé à sentir ça quand j'ai eu 11 ou 12 ans. Tous les autres volaient les magazines Playboy de leurs pères, mais moi, j'avais un livre nommé « Le grand livre des chevaux ».


Votre Playboy ?
Essentiellement. C'était un livre très intéressant – tout ce qu'on pourrait vouloir savoir sur les chevaux. À ce moment, je ne me considérais pas comme différent ou anormal ; c'était juste ce qui m'intéressait. Je n'allais pas dire à n'importe qui ce que je faisais, mais je ne le cachais pas vraiment non plus. J'ai l'impression que mon développement sexuel était bien parti – j'avais juste des attirances différentes.

Donc, ce livre vous a-t-il éveillé ? Vous masturbiez-vous sur les images de chevaux ?
Oh, oui. Et plus tard, je suis allé sur les forums pré-internet et c'est là que j'ai connu la pornographie zoophile. Et je n'avais pas réalisé que c'était anormal à ce moment, mais tous les commentaires parlaient d'à quel point ils trouvaient ces images dégoûtantes. J'avais 13 ans. Du coup, ça a dû être la première fois que j'ai compris que j'étais différent. J'ai grandi en ville, donc je n'ai jamais eu beaucoup de possibilités. Je cherchais toujours des chevaux quand je voyageais. J'ai vu des fermes que j'aurais aimé aller explorer, mais jamais proches de chez moi. Parfois, je me demande si je n'ai pas juste manqué de courage.

C'était pendant votre puberté. Peut-on donc dire que l'éveillement de votre sexualité a tourné autour des chevaux ?
Oui, absolument.

Aviez-vous aussi des attirances sexuelles pour des humains ?
Non, pas jusqu'à ce qu'au lycée où c'était attendu. Mais je n'ai jamais été vraiment proche de quelqu'un avant mes 20 ans.

À quoi votre adolescence a-t-elle ressemblé ? Avez-vous eu des expériences sexuelles ?
Avant l'âge de 10 ans, il n'y avait rien de plus que « Je te montrerais le mien si tu me montre le tien ». Après, ça a été plutôt ennuyant jusqu'au lycée. Mon centre d'intérêt était les chevaux. À l'école, vous auriez pu m'appeler un asexuel. Ce n'est pas comme si je n'avais pas d'ami ou si je ne m'engageais pas dans certaines activités, mais j'étais un peu nerd et absolument pas athlétique. J'ai toujours eu un léger surpoids. Je ne pense pas que j'ai eu plus ou moins de problèmes avec les gens "cool" du lycée que n'importe qui d'autre, et je sais que quelques personnes me regardaient pour mes capacités en maths, en sciences et pour ma volonté constante d'aider les autres.

N'avez-vous eu aucune relation ?
J'ai demandé à une fille de m'accompagner au bal de promo. À présent, quand je regarde en arrière, je suis vraiment désolé pour elle. Nous nous sommes assis à une table et n'avons pas dansé du tout. Je crois que nous ne sommes même pas pris dans les bras. Comme j'en ai plus tard fait l'expérience avec des gens, j'étais sûr de vouloir des chevaux. Ça n'a jamais été « J'essaie juste un coup pour voir si je ne préférerais pas les humains ».

Quand a été votre premier baiser ?
Mon premier baiser a été avec un homme nommé Mark. Il était au courant de mes préférences sexuelles et était lui-même attiré par les chiens. C'était environ deux mois après que j'ai perdu ma virginité, donc je devais avoir 22 ans. En toute honnêteté, je n'ai jamais aimé embrasser les hommes, les barbes rugueuses ne me plaisent pas.

Donc vous avez eu votre premier baiser après avoir perdu votre virginité. Etait-ce avec un humain ou un cheval ?
Un cheval.

Vous avez du beaucoup appréhender.
Oui, la pression montait, montait et montait. Et perde sa virginité est important pour devenir un « vrai » zoophile car vous rejoignez un groupe très restreint de personnes, et si vous ne l'avez pas fait, les gens s’interrogent à propos de votre véritable sexualité. Donc il y a du bizutage. Je voulais avoir les mêmes expériences sexuelles que mes pairs car ils étaient mes plus proches amis, vraiment.

Comment avez-vous trouvé un partenaire sexuel ?
Un de mes amis avait accès à une sympathique ponette, et il m'a laissé avoir un rapport sexuel avec elle. C'était une croisée Shetland et elle avait des rayures dorsales – Une ligne noire par-dessus la colonne vertébrale – et c'est quelque chose que j'apprécie depuis.

Comment c'était ?
Mon ami était là à ce moment et il tenait la tête de la ponette. Il n'avait pas besoin de le faire – ce n'est pas comme si nous étions en train de faire quelque chose qu'elle n'appréciait pas – mais il était là pour me protéger. Il était dos à moi et il tenait la bride pour être certain que la ponette allait bien et que j'ai bien eu un rapport avec elle. Le rapport en lui-même était incroyable. Jusqu'à aujourd'hui, ça a été le meilleur rapport que je n’ai jamais eu. Mais d'une certaine manière, je regrette cette première fois.

Pourquoi ?
Parce que je n'ai pas appris à la connaître d'abord, et que j'ai appris depuis qu'une participation enthousiaste rend l'expérience meilleure encore. Donc j'aurais voulu en quelque sorte que ce soit différent. Je pense que beaucoup glorifient cette première relation, qu'ils soient zoophiles ou non.

Comment avez-vous des rapports sexuels avec une jument? Développez-vous toujours une relation intime avec elle avant ? Y a-t-il des préliminaires ?
Je vais vous dire comment j'ai mon premier rapport sexuel avec cette amie jument en question. C'est une sorte de succession comique d'erreurs. Cela faisait près d'un an que je l'avais. Je l'avais dans l'écurie. Je l'avais nourrie. Je l'avais brossée, nettoyée sous la queue et nettoyé son visage. J'avais essuyé la morve de son museau – nous nous connaissons l'un l'autre très intimement. Nous étions dans une écurie avec toutes les lumières éteintes et la chaleur douce d'un radiateur, c'était romantique. Elle se préparait pour la nuit et je suis rentré dans le box et me suis assis dans un coin. Je l'ai laissé venir à moi, et c'est un point sur lequel je suis inflexible : je n'ai jamais utilisé de licol ni aucun type de restriction. Donc, elle a choisi de venir vers moi, j'ai lâché sa nourriture, elle a mis sa tête contre ma poitrine et nous nous sommes blottis l'un contre l'autre, je lui ai dit des choses douces et sans importance à l'oreille et lui ai gratté la joue, geste qu'elle adore. À ce stade, elle savait que j'allais lui caresser les cuisses. Elle aime vraiment qu'on lui touche l'endroit entre l'arrière de ses genoux. Elle s'est retournée pour se mettre dos à moi pendant que je m'asseyais. J'ai laissé ma main aller plus haut, encore un peu plus loin et ai joué avec ses attributs.

Son clitoris ?
Oui. Maintenant une des choses qui pose problème avec les chevaux est la différence de taille. Donc voilà une petite astuce : Mettez-vous debout sur un seau. Lors de la première fois avec la jument avec laquelle je suis actuellement, j’étais dos cotre le mur et elle a appuyé sur mon visage si fort que je suis retrouvé coincé contre le mur en train de lui faire un cunnilingus.

Était-elle dominante ?
Elle appréciait ça, Je ne dirais pas qu’elle essayait d’être dominante, je pense qu’elle ne faisait qu’exprimer sa joie. On a fait ça pendant 20-30 minutes. Les juments ne sont pas faciles à satisfaire. Elles ont besoin de beaucoup de stimulation, ce qui m’a conduit à la pénétrer. J’avais environ 38 ans à l’époque et j’étais trop lourd de 10 à 15 livres [5-7kg ; NDLR] pour le seau. Donc on a ce seau en plastique posé à l’envers sur lequel je me tiens et le caleçon baissé. Je suis dans le coin du boxe, et la jument s’est tourné et me regarde bizarrement, puis elle vient vers moi, me renifle et me caresse. Du fait que les chevaux aiment mordre un tas de choses, j’étais un peu préoccupé, J’ai gardé ma main de telle sorte que je puisse me préserver si j’en avais besoin. Mais la chose vraiment intéressante c’est qu’après ceci elle s’est tourné, a levé la queue et a reculé contre moi. Malheureusement le seau se tordait et je suis tombé. Donc bien que je l’ai pénétrée, c’était ça ma grande première fois avec ma jument: devoir me rattraper d'une chute en arrière depuis un seau.

Y-a-t’il des risques pour la santé et la sécurité ? Comment saviez-vous la façon de pratiquer en toute sécurité ? Vous êtes-vous informé auparavant ?
Il y a beaucoup de choses à penser. J’ai eu la chance et le privilège de connaitre deux végétariens et un docteur qui étaient ouverts à cette idée, donc je leur ai parlé et abordé le sujet des zoonoses, les maladies transmissibles de l’animal à l’homme. Dans l’ensemble il y a moins de risques de pratiquer avec un cheval qu’avec un Homme. Les chevaux peuvent avoir des parasites, mais n’en n’ont généralement pas, tout comme nous. Les IST sont un risque seulement si on partage un cheval, ce que je ne fais pas. A mes débuts, un ami zoophile expérimenté m’a pris sous son aile et m’a appris quelque chose dont je me rappellerais toujours : Un cheval te présentera ses fesses avant sa tête, les chevaux bottent.


C'est ce que je me disais. Dès que je m’approche d’un cheval, il veut me botter...
Vous savez, c’est incroyable, je ne sais pas si j’ai ce truc inné, mais seulement un cheval a déjà essayé de me botter et c’était pendant que je lui curais les pieds, jamais au cours d’un acte sexuel. Les chevaux peuvent mordre les gens qui entrent dans leur espace, mais c’est sûrement parce que beaucoup d’entre eux sont habitués aux personnes entrant dans leur box pour leur mettre un filet, et les prendre pour une reprise de 3 heures puis les remettre dans leur box.

Je suppose que vous n’êtes pas d’accord avec l’idée que c’est de la maltraitance d’avoir un rapport avec un animal?
À chaque fois que j’ai une conversation à propos de ça, je vois toute la hantise des gens qui se répercute sur ce que je fais. Oui, n’importe qui peut attacher un cheval pour s’assurer qu’il ne puisse pas te blesser et en faire ce que tu veux. Et bien sûr ça arrive. Mais j’ai dû rencontrer de 150 à 200 zoophiles, et je n’ai jamais vu ça. Il y a des personnes avec qui je ne voudrais jamais m'allier, mais c'est parce que ce sont de mauvaises personnes, et il y a des mauvaises personnes partout dans la vie en général.
Les rapports sexuels avec les animaux sont si peu étudiés. Nous sommes une communauté variée, des gens venant de la ville, des gens venant de la campagne. L’image populaire du fermier qui abuse de ses animaux parce qu’il n’a pas d’autre exutoire est fausse. Ce n’est pas ce qui se passe systématiquement.

Quels actes sexuels pratiquez-vous généralement ?
J’ai majoritairement des rapports oraux avec les juments. La première fois que j’ai eu un rapport oral que j’ai eu avec un cheval j’étais au début de la vingtaine, et une des choses que j’ai eu à surmonter était l’idée que c’était dégoutant de faire ça avec un cheval, un peu comme ce que certains hommes ressentent vis-à-vis des femmes. Donc ça restait dans un coin de ma tête à l’époque, et c’est un peu bizarre car de mon point de vu il n’y avait rien à propos des chevaux qui me paraissait dégoûtant. Et, alors que je découvrais que les juments avaient vraiment, vraiment bon goût, comme l’herbe coupée ou le foin frais, je découvrais aussi qu’elles appréciaient beaucoup la stimulation orale.

J’ai toujours fait en sorte, sauf les quelques premières fois où j’étais encore néophyte, de donner à ma partenaire un orgasme, qu’elle soit humaine ou chevaline, parce que je veux lui faire passer un bon moment, et le rapport oral est quelque chose qu’elles apprécient presque tout le temps.

Comment pouvez-vous savoir lorsqu'une jument a un orgasme ?
Elle se contracte beaucoup, fait« clignoter » son clitoris répétitivement. Elle fait du bruit et grogne

Quelles sont vos statistiques ?
Entre 15 et 20 chevaux, et environs 6 ou 7 humains.

Pouvez-vous vous rappeler de chaque rencontre ?
Je devrais m’asseoir et y réfléchir. Quand j’étais plus jeune je tentais avec des entiers, et ce n’étais pas vraiment mon truc, donc je n’ai pas vraiment de souvenir de ces rencontres.

Est-ce parce que vous avez essayé de réprimer ces souvenirs ?
C’est plus comme s'ils s'étaient évanouis au cours du temps. Je me rappelle de toutes les juments, mais pas tellement des chevaux mâles. Je n’ai rien fait avec un cheval mâle depuis 20 ans.

Était-ce un rapport anal ?
Masturbation et rapport anal. Je ne peux pas être pénétré, j’ai de graves hémorroïdes donc c’est trop douloureux, et ça a mis en difficulté certaines de mes relations homosexuelles, mais j’étais toujours heureux de faire plaisir à mon partenaire.

Des relations homosexuelles ? Quand on en vient aux humains, vous vous dîtes gay ou hétéro ?
Ça a changé au début de ma vingtaine, mais là, maintenant, je dirais que je suis à 90% hétérosexuel avec les humains et les chevaux.

Pourquoi cela a-t-il changé ?
Le tout premier humain que j’ai aimé est mort du SIDA environ 6 semaines après que je l’ai rencontré. Ma thérapeute dit que ça m’a probablement profondément affecté.

Quand avez-vous cherché une thérapie ? Et pourquoi ?
J’ai vu une psychologue à la suite d'un récent traumatisme dû à la mort soudaine de deux de mes amis, et ça a peut-être refait surgir en moi le traumatisme de la mort de mon premier amour. Après l’avoir interrogé à plusieurs reprise ce que qu’elle était légalement tenue de faire si j’avais à lui confesser certaines choses, j’ai décidé de faire un aveu et de lui expliquer pourquoi les chevaux étaient si important pour moi.

Après qu’elle ait consulté ses supérieurs, experts et d’autres sources, elle m’a dit qu’elle ne pensait pas que j’avais besoin d’un traitement pour mon attraction, ce à quoi je me suis dit “Bah évidemment ! », Je ne suis pas malade.

Vous avez associé le traumatisme lié à la mort de votre premier amour à votre expérience homosexuelle ?
C’était un traumatisme brutal. Quand j’ai appris la nouvelle j’étais dans le Nord de l’état de New-York avec des amis. Je me rappelle que tout le monde essayait de me consoler, et j’ai quitté la maison et suis sorti jusqu’au pré et j’ai juste hurlé, je ne voulais que gueuler. Il ignorait qu’il était infecté, nous ne le savions pas jusqu’à peu après sa mort, mais oui c’était absolument traumatisant. Il était la première personne que j’ai aimée. C’est comme ça que je sais que la sexualité peut changer, parce que la mienne a changé. Mon genre préféré a changé.

Mais pas avec les chevaux, n’est-ce pas ?
C’est vrai oui, ça a toujours été les juments.

Êtes-vous monogame avec les juments ?
En ce moment, oui. J’ai deux juments, l’une d’elle est ma compagne et l’autre est juste une jument. Je n’ai jamais rien fait de sexuel avec elle.

Est-ce que votre jument porte un nom ?
Je l’appelle généralement “Sexy Knickers” mais son nom est Madame C.

Depuis combien de temps êtes-vous ensemble ?
Cinq ans, je l’ai acheté pour 100$ parce qu’elle était destinée à l’abattoir, c’est une arabe. Je n’ai jamais eu de relation aussi profonde que celle que j’ai avec elle. J’apprécie vraiment sa compagnie, ce n’est vraiment pas qu’une question de sexe, mais c’est une chose que beaucoup de gens ne comprennent pas.

La voyez-vous comme une partenaire sur le plan humain ? Ou est-il faux de le voir de la même manière que pour les humains ?
C’est un peu comme ça que je le vois, mais je pense que c’est un peu idiot de projeter les standards humains pour des relations avec les animaux. Vous voyez, j’ai été marié à une femme pendant 19 ans, donc je dirais que je suis dans une relation polygame, ou du moins dans une relation libre. Ma femme est celle qui m’a encouragé à acheter des chevaux.

A-t-elle toujours su pour votre intérêt envers les juments ?
Nous avons eu une sérieuse discussion, et je lui dis que dès le début que les chevaux allaient toujours être importants pour moi.

Comment a-t-elle réagi ?
Elle était très ouverte, ça n’a jamais été un secret, ou quelque chose avec laquelle je l’ai surprise ou quelque chose que j’ai dû lui faire accepter faute de quoi on aurait dû se séparer. Je ne veux pas paraître banal, mais la communication est très importante dans un mariage.

Est-ce collectif? Vous pratiquez ensemble, ou est-ce qu’elle regarde ?
Non, mais elle est volontiers invitée à le faire. Elle m'a proposé de monter la garde pour assurer mon intimité, car l’un des soucis que j’ai en ce moment est que mes juments ne peuvent vivre sur ma propriété. Donc je n’ai pas vécu avec mes juments depuis bientôt 2 ans, c’est vraiment déprimant. Mais c’est pour la protéger, si je me fais prendre, je peux vous garantir que la première chose qu’ils feront sera de l'abattre.

Est-ce que cette situation va durer un moment ?
Jusqu’à ce que je puisse trouver de l’argent pour la sortir d’une écurie, c’est malheureux car il y a des maisons dans le champ donc pas vraiment d’intimité.


Comment est-ce que vos relations se terminent généralement ? Y-a-t-il séparation ? Avez-vous été en deuil pour une jument ?
Une des choses que les gens disent à propos des chevaux est qu’ils disent toujours au revoir. Ils sont vendus, déplacés, ou quelqu’un les sort du pays. C’est la première fois que j’ai vraiment possédé un cheval, donc elle sera avec moi jusqu’à ce qu'elle meure ou que je ne puisse plus prendre soin d’elle. Rien que l’idée de la perdre me terrifie. Cet été elle a eu une colique, ce qui est être mortel. Je l’ai serré contre mes bras et je lui ai dit au revoir parce que j’ai cru qu’elle allait mourir, c’était très grave. J’étais assis dans un coin du box, et elle est venue me voir et s’est mise à côté de moi et a mis son ventre contre mon épaule de telle sorte que je puisse lui masser là où ça lui faisait mal, et en même temps je pensais … désolé, ça me rend un peu émotif… Je pensais que c’était quelque chose que je pouvais faire pour la rassurer pour son voyage à travers le « Rainbow bridge » [Traduire littéralement « pont Arc-en-Ciel » ; NDLR]. C’est ce dont les zoophiles parlent souvent, quand les animaux meurent ils traversent le « Rainbow Bridge » et y attendent leur compagnon. Quoi qu’il en soit la bonne nouvelle est qu’elle a survécu et à 18h cette nuit-là elle était sur pied.

Ça a dû être un tel soulagement...
C’était le cas. Honnêtement je ne peux même pas imaginer ce que j’aurais pu faire pour essayer de surmonter cela.

Avez-vous votre femme et vous des enfants ?
Non, nous n’avons pas d’enfants, nous ne pouvons pas en avoir, mais nous n’en voulons pas de toutes façon.

Comment vous sentiriez-vous si votre jument avait un rapport sexuel avec un autre animal ?
Vous savez, beaucoup de personnes seraient jalouses, mais pas moi tant qu’elle est heureuse et qu’elle y prend plaisir. Beaucoup de relations sexuelles animales ont tendance à être forcées, bien que je sois assez certain que ma jument sache se protéger et s’assurer d'obtenir ce qu'elle veut de toute situation sexuelle. Cependant je préfèrerais qu’elle n’ait pas de rapport sexuels avec un autre humain, l’une des raisons est le risque de maladies, mais aussi parce qu’on ne connait jamais vraiment les intentions des gens.

Avez-vous un genre en particulier quand il s’agit des chevaux ?
J’aime vraiment les raies de mulet et autres marques dans le genre. J’ai tendance à préférer les chevaux foncés à cause du contraste entre l’intérieur et l’extérieur. La personnalité est importante, je suis devenu attiré par les chevaux arabes après avoir rencontré ma jument actuelle et après avoir vu le genre de liens qu’ils peuvent avoir avec les humains. Ma thérapeute ma posé la question à propos des chevaux, elle m’a demandé « Qu’aimez-vous chez les chevaux ? » et j’ai répondu « Tout » ... Tout depuis leurs jarrets et leurs sabots jusqu’à leur naseaux et leur encolure, la façon dont ils courbent leur encolure, et leurs muscles le long de leurs flancs. Je ne peux pas identifier une chose qui m’attire plus qu’une autre chez un cheval, ou quelque chose qu’un cheval doit absolument posséder.

Est-ce pareil avec les humains ?
Non, je n’ai pas de genre physique distinct, j’ai tendance à être attiré par les femmes rondes (J’aime leur hanches), et pour les hommes je suis plus attiré par les hommes bien rasés qui paraissent plus jeunes que leur âge. En tant que membre de la société nous sommes éduqués à ce que nous devrions rechercher chez les autres humains, alors qu’avec les chevaux nous n’avons pas ce genre d’éducation.

Comme il y a beaucoup de préjugés sur le fait d’être zoophile, ça signifie qu’on ne va pas en parler à beaucoup de gens. Est-ce que ça crée une double personnalité ? Qu’est-ce que ça vous fait d’avoir une sexualité qui n’est pas vraiment acceptée et comprise ?
Je suis vraiment chanceux d’avoir ma femme, parce que personne ne pourrait le deviner. Je suis une personne prude, et je ne veux pas que d’autres personnes sachent ce que je fais de mon pénis. Je suis un des zoos vivant les plus chanceux, de ce que j’ai pu en voir. Ceci dit, vous avez raison quand vous dîtes que ça rend les gens confus et solitaire, et ils n’ont aucune idée de quoi penser à propos de ce qu'ils sont, et ils ne peuvent en parler à personne. J’ai entendu des histoires de personnes ayant subi des thérapies par chocs électriques ou par aversion. Je ne comprends vraiment pas cette haine.

Souhaiteriez-vous pouvoir afficher fièrement votre différence ?
Absolument, j’ai toujours été une personne axée sur la politique, et une des raisons pour lesquelles j’ai commencé à voir une thérapeute est que j’ai des soucis avec ce que les gens disent sur les zoophiles. Les mêmes arguments encore et encore, et personne ne peux me supporter car ils se font ficher. Ça a été très dur de gérer ces émotions, de porter sur les épaules le poids de ce qui pourrait arriver si on se faisait prendre, et de supporter ce qu’il se dit et se fait sur les zoophiles, et le fait est que plutôt que de nous affronter, les gens préfèrent nous ignorer.

Qu’est-ce que j’ai fait ? Je suis un mec normal, dans la moyenne et travailleur, je paie mes impôts, je gagne ma vie honnêtement, j’ai une belle maison, j’ai des chiens, des furets, des chats, une paire de rats, des poules dans mon jardin que j’ai sauvées d’un endroit où elles se seraient tout simplement fait tuer. Qu’est-ce que j’ai fait de si mal ? Qu’est-ce qui est si mal à propos d’avoir un contact physique entre mon pénis et les parties d’une jument ? Et ça pèse... L’expérience d’être un adolescent zoo était très solitaire. Je n’avais personne vers qui me tourner, personne à qui poser des questions, et même si j’avais eu confiance en quelqu’un je pense aujourd’hui que ça aurait mal tourné. C’était une lutte silencieuse quotidienne.

Je devine qu’une des plus grandes critiques qu’on vous fait, à part la question de morale, est qu’un animal ne peut pas donner son consentement verbal. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?
Je pense que cette question est posée car elle n’a pas de réponse et ça prouve le fait que les zoos sont mauvais. Cependant je vais y répondre en 3 temps. Premièrement, pourquoi est-ce que les gens se soucient du consentement de l’animal quand il s’agit de ma sexualité et pas quand il s’agit de boire du lait ou de manger un steak. Ces ceux choses requièrent l’insémination artificielle et la collecte de semence, qui sont des actes tout à fait sexuels ? Vous mettez votre bras dans la vache, et vous masturbez le taureau. Donc évidemment le consentement n’est pas vraiment le problème.

Deuxièmement, si quelqu’un est muet et qu’il ne peut pas écrire ou donner de réponse verbale, êtes-vous autorisé à avoir des rapports sexuels avec lui ? Même s’il est adulte et sain d’esprit ? Les mots sont-ils la seule façon d’obtenir un consentement ? Je ne sais pas combien de fois ça arrive quand une personne muette veut avoir un rapport sexuel, mais c’est une autre façon de voir la chose.

La troisième chose est que, honnêtement pour moi le consentement est tellement évident dans la relation que j’ai. Le consentement est très important pour moi. Personne ne demande de consentement pour quoi que ce soit venant des animaux. Donc je vous ferais remarquer que vous n’êtes pas vraiment inquiet sur le consentement, vous vous inquiétez d’où mon pénis se trouve. Allez-vous directement vers un chien au comportement étrange pour lui caresser la tête sans d’abord le regarder dans les yeux et s’assurer qu’il est d’accord ? Aucune personne un tant soit peu maline ne fait ça car le chien pourrait vous mordre la main. S’il est guilleret et joyeux vous vous lancer pour le caresser, si ce n’est pas ne cas vous ne voulez pas vous brouiller avec lui. Donc pour moi c’est une bonne façon de faire comprendre aux gens qu’un animal n’a pas besoin de mot pour consentir à se faire toucher.

Est-ce que votre femme est jalouse de votre relation avec votre jument ?
Je ne veux pas répondre à ça car je ne veux pas parler de ses sentiments, c’est à elle de le faire.

Mais il y a des tensions dans toute relation, serait-il juste de dire que ça pourrait en être une cause ?
Ce n’est pas quelque chose sur laquelle on s'est disputé, mais est-ce que ça cause des tensions ? Possible, mais tout comme dans une relation polygame, tout le monde est conscient de ce qui se passe. La première personne à laquelle je parle de ma jument est ma femme donc il n’y a rien de quoi elle pourrait être jalouse.

Regardez-vous toujours de la littérature et des images sur les animaux ? Trouvez-vous les dessins animés ou les chevaux fictifs attractifs ?
Honnêtement, je préfère les juments que je connais dans la vraie vie. Je ne regarde pas de pornographie sur les chevaux

Avez-vous déjà pris des photos sexuelles de votre jument ?
Généralement non

Peut-être une ou deux fois ?
S’il arrive que je vois une queue lever et du bon côté au bon moment, je prendrais peut-être une photo, mais ce n’est pas une chose sur laquelle je me focalise.

Est-ce inhabituel pour un zoophile ?
Je décrirais ça comme extrêmement inhabituel. Quand j’étais plus jeune il y avait des tas de choses dans ce genre, mais je pense que ça a plus à voir avec le fait d’être un paquet d’hormone ambulant. Quand je regarde du porno zoophile je vois des animaux dont on ne prend pas soin et qui sont probablement drogués. Je peux dire directement si un cheval ne prend pas de plaisir. Beaucoup de ces film sont fait juste pour l’argent par les mêmes producteurs que les autre porno, et ils ont à peu près le même respect pour les animaux que pour les femmes.

Êtes-vous triste que le monde ne comprenne pas votre sexualité ? Si vous faîtes une rétrospective de votre vie, la zoophilie vous a-t-elle causé plus de douleur que de joie, ou pensez-vous que vous avez découvert quelque chose d’unique et spécial ?
C’est une double question. Je ne recommanderais cette vie à personne. C’est très difficile, c’est très éprouvant mentalement d’avoir une sexualité telle que celle-là, et à moins d’avoir beaucoup d’expérience vous doutez beaucoup de vous. Fais-je vraiment la bonne chose ? Est-ce que je fais du mal à l’animal ?

Pour répondre à la seconde moitié de la question : Je m’aime, j’aime qui je suis, j’aime ma sexualité. Ça m’a tellement apporté de joie d’être auprès des chevaux, et je ne parle pas juste de sexe mais d’équitation et de pansage. Comment pourrais-je ne pas vouloir ça ? Alors que je n’encouragerais personne à avoir ce style de vie, je ressens bel et bien que je dois aider les gens qui en ressentent le besoin. Une des choses que qu’une étude de Kinsey à démontrer est que la majorité des personnes ayant eu des rapports sexuels avec les animaux n'ont pas fait vieux.

Suicide ?
Je le suppose. Je sais que presque tous les zoophiles auxquels j’ai parlé on eu une histoire avec la mort. Certains d’entre eux ont vraiment eu une vie de merde, je ne peux pas leur en vouloir. Quand j’avais 18 ans et que je voulais tourner la page sur la zoophilie, j’en étais à un point où je tenais un couteau contre mes veines. Le monde vous dit que vous êtes une horrible créature, que voulez-vous faire d’autre ? La pensée qui m’était venue à l’esprit est que si je me tuais maintenant, je n’aurais jamais de chevaux dans ma vie. Et c’est pour ça que j’ai décidé que ça n’allait pas arriver et que j’allais continuer avec ma vie. Je souhaite qu’on puisse parler plus ouvertement sur le sexe et les intérêts à caractères sexuels, ou même juste le sexe en général. Le fait que j’aie entendu des adolescents dire qu’ils ne savaient pas d’où les bébés venaient est insensé à mes yeux.

Voulez-vous que la loi change ?
Avoir un rapport sexuel avec un animal devrait être légal. Il n’y a rien de mal à ça. Mais j’aimerais voir des lois plus strictes à l’égard de la cruauté animale. Il y a cette vidéo tristement célèbre venant d'Europe d’un homme ayant un rapport avec des poules. C’est sûr qu’il les blesse, et sa place est en prison ou en thérapie ou un truc dans le genre car ce n’est bien. Je veux que les gens sachent que je suis un gars normal. Jamais je ne violerais un animal, je suis pacifiste. Y-a-t-il des gens qui font ça ? Oui. Mais il y a également un tas de gens qui font ça avec les femmes. C’est un problème qui va bien au-delà d’avoir un animal et d’avoir des relations avec ce dernier. Il y a quelque chose d'autre en jeu, c'est une question de rapports de forces.

C’est une transition un peu bizarre, mais je me demandais si vous mangiez de la viande ?
C’est la question ultime pour un zoophile. Je fait en sorte de réduire les dégâts dans ma consommation de viande. Celle-ci vient d'une ferme bio locale, et je connais le boucher qui prépare la viande. J'essaie d'en éliminer toute la cruauté. J'ai des poulets en stabulation libre dans mon jardin.

À quelle fréquence avez-vous des rapports sexuels avec votre jument ?
Je dirais qu’on a des rapports au moins une fois par semaine. Si elle le pouvait elle le ferait tous les jours, sans blague. Elle me rentrerait dedans et me demanderait de la gratter presque tous les jours. Je n’ai pas la libido d’une personne de 20 ans et puis elle a des cycles de chaleur. C’est en relation avec la lumière naturelle et la température et d’autres trucs, elle peut devenir exceptionnellement excitée à certains moments, et généralement j'essaierai de faire choses avec elle dans ce cas. Quand on va dans de nouveaux endroits il y a généralement un hiatus parce qu’elle n’est pas à l’aise avec l’environnement, donc généralement si on change d’écurie il y a une pause.

Passez-vous des nuits avec elle sans avoir de rapport sexuel ?
Le seul fait d’être avec elle me suffit. Le sexe est un extra. J’ai passé la nuit dans son box, les chevaux aiment avoir quelqu’un qui veille sur eux.

Est-ce que votre femme s’en soucie quand ça arrive ?
Elle le comprend, et ça n’arrive pas très souvent que je passe des nuits avec ma jument, surtout maintenant qu’elle est dans une écurie publique. Je souhaite que ça puisse arriver plus souvent. Ma maison de rêve serait d’avoir une écurie dans une partie de la maison.

Est-ce que Madame C. vous a déjà rejeté sexuellement ? Avez-vous déjà eu une mauvaise expérience sexuelle avec elle ?
Il y a eu quelques fois où elle n’était pas intéressée. J’essaie toujours de satisfaire ma partenaire avant de me satisfaire moi, et pour être honnête, j’apprécie cela encore plus.

Comment vous sentez-vous si la jument n’a pas d’orgasme ?
Je continue mon travail jusqu’à ce qu’elle en ait un. C’est très important pour moi de savoir qu’elle a eu ce plaisir.

Quel est le plus long temps que ça ait duré ? Et combien ça prend de temps en moyenne ?
Il m'arrive de faire des sessions plutôt marathoniennes, j’ai passé des soirées de 4-5 heures avec une jument parce qu’elle en voulait plus. Il y a eu plusieurs orgasmes, généralement ça prend une demi-heure, une heure au plus long juste pour être sûr. Et honnêtement comme la plupart des hommes je peux me satisfaire en 5 minutes.

Si vous avez un rapport oral ou manuel avec elle, vous masturbez-vous en même temps, après ou pas du tout ?
J’ai fait les 3, mais souvent je ne le fais pas du tout. Ça arrive plus souvent au cours des nuits d’été car ça se rafraîchit un peu en hiver.

Est-ce que vous vous habillez pour elle ?
Je porte juste des vêtements de ferme, rien d’extravagant parce que je vais me salir. Elle ne se préoccupe pas de ce que je porte, donc moi non plus. Cependant je ne porte pas de lunettes de soleil, et la raison à cela est qu’elle puisse voir mes yeux et où je regarde. Une grande partie de la communication avec les chevaux se fait par les yeux.

Faites-vous des choses spéciales avec elle, comme des « rendez-vous » ? Vous lui acheter des cadeaux ou célébrez les anniversaires ?
Notre 5ème anniversaire était le jour d’Halloween, je lui ai donc fait un pansage extra spécial. J’ai des sentiments mitigés sur les rendez-vous. J’aime aller au paddock, m’asseoir avec elle et la regarder manger. Mais ce n’est pas un rendez-vous traditionnel. Elle n’a guère que le choix de m'accompagner ou non. Je dois la faire monter dans un Van et la sortir de sa zone de confort, donc j’ai un peu de mal à appeler ça un rendez-vous. Mais pour notre anniversaire, je passe un peu plus de temps à la panser, et je lui donne des pommes. Je la vais la sortir pour une promenade dans les environs. Il est difficile d’amener un cheval dans un restaurant chic.

Êtes-vous fier de l’avoir à vos côtés quand vous la sortez ?
J’aimerais que ça soit comme ça, mais je ne veux que personne ne deviennent suspicieux. J’adore quand les gens la complimentent car ça me donne la sensation que je prends bien soin d’elle. J’ai essayé de la promener autour de la ville, et pour la fierté. J’adore la montrer, je pense qu’elle est absolument magnifique. Il est dangereux d’anthropomorphiser la relation, mais j’adorerais dire « C’est ma petite amie, et elle est à mes côtés »

Quel est votre ressenti à propos des zoophiles qui ne sont pas monogames ?
J’essaie de ne pas juger, mais j’ai tendance à être mécontent quand les gens sont concentrés sur le nombre d’animaux avec lesquels ils ont eu des rapports sexuels, quand leur seul but est d’avoir un autre cran à la ceinture. J’ai rencontré quelqu’un qui gardait un tableur avec les mensurations de tous les étalons avec lesquelles il a couché. Ça transforme l’animal en simple objet, et ça enlève la relation.

Si vous aviez à choisir d’avoir des rapports seulement avec un cheval ou un humain, à partir de maintenant, que décideriez-vous ? Est-ce que ça présenterait un dilemme pour vous ?
Ça serait avec un cheval, absolument, pas de question. La seule raison pour laquelle ça serait un dilemme est parce que ma femme signifie tant pour moi, et elle serait très mécontente avec ça. Donc la question devient, est-ce que je quitterais mon cheval ou ma femme ? Je ne peux faire cette décision facilement. Je ne sais pas si je pourrais survivre en y répondant, très franchement, pas pour les rapports sexuels mais parce que j’aime beaucoup ma femme et je ne voudrais pas la blesser.

Est-ce que vous vous inquiétez de votre cheval qui pourrait au final perdre son intérêt pour le sexe ?
Depuis qu’elle a été malade elle me traite différemment, et c’est aussi en parti parce qu’il y a un nouveau cheval dans le pré, et ça m’inquiète un peu.

Comment se comporte-t-elle ? Est-elle distante ?
C’est si subtil et ça peut paraître idiot, mais elle s’éloigne de moi, et elle n’avait jamais fait ça auparavant donc ça me travaille vraiment en ce moment car je veux réparer notre relation. Je suppose avoir fait quelque chose ou aidé le vétérinaire à faire quelque chose qui l’a fait souffrir ou l’a agacé d’une certaine façon. Aussi, je n’ai pas eu beaucoup de temps à passer avec elle lors des deux dernier mois, en partie à cause du travail et en partie parce qu’il commence à faire nuit tôt donc je ne peux pas voir pour faire grand-chose. C’est si difficile de comprendre les choses qui changent subtilement entre moi et un partenaire équin, mais je dois vraiment prêter attention, et si j’ai raté quelque chose c’est une vraie affaire d’investigation. Ça jette vraiment un froid sur le reste de ma vie quand on ne s'entend pas bien.

Quand elle se comporte de façon distante comme elle le fait, aimeriez-vous lui demander ce qui ne va pas ?
J’adorerais si j’avais un don de télépathie, ou s’il y avait une petite machine que je pourrais lui mettre sur la tête pour savoir ce qu’elle pense, mais je ne voudrais jamais passer le temps à lui parler comme si elle était humaine, parce qu’elle ne l’est pas. J’aime la façon dont on peut s'associer sans parler, c’est quelque chose d’assez important et une part très spéciale dans le lien. Si elle pouvait parler ça ferait qu’elle serait moins qu’un cheval.

Cette interview a été éditée et condensée.


Source

TSOULIS-REAY Alexa, 20 novembre 2014, What It’s Like to Date a Horse, Science of Us (New York magazine).

Notes

  1. Traduit par Azert6 à partir du partage de Céphée sur [www.zeta-fr.net]