Johnny5:RepriseDuWiki

De ZetaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Reprise du wiki

Cela faisait très très longtemps que je n'avais pas contribué à ce wiki.

Depuis quelques années, j'ai perdu espoir, j'ai perdu l'envie de communiquer sur la zoophilie.

Comme plusieurs personnes, je fais ma vie de mon côté, je côtoie régulièrement d'autres zoophiles, je vis toujours avec mon poney que j'aime, même s'il ne me le rend pas forcément.

Il y a très longtemps que j'ai arrété de me tenir informé de la législation vis à vis de la zoophilie, la jurisprudence, les moyens de faire changer la loi.

Je n'ai jamais arrêté de lire le forum zeta-fr.net, qui était le point de départ de cette aventure en ligne, de cette communauté virtuelle que j'avais rencontré en chair et en os il y a maintenant plus de 10 ans.


Mais cette petite communauté, qui était présente au quotidien sur le net il y a 10 ans, n'est plus présente qu'en minorité.

Notre forum de discussion a vu apparaître, au fil des ans, une population de personnes à la sexualité débridée, à la recherche de sensations fortes et d'interdits.

On a ainsi pu voir fleurir une quantité astronomique de personnes qui créent un compte uniquement pour mettre une annoncer, du style "recherche une initiation avec un cheval".

Mais non, ce n'est pas ma vision de la zoophilie, ce n'est pas la raison qui m'a poussée à rencontrer d'autres zoophiles il y a 10 ans, et ce n'est pas ce qui me motive à entretenir un site, un forum, un wiki.

Peu à peu, j'ai donc lâché prise, comprenant que nous n'étions qu'une minorité au sein d'une minorité.


Lors des quelques événements publiques organisés chaque année, nous ne voyons arriver qu'une personne qui était "comme nous" chaque année.

Cette réalité m'a découragé, moi et plusieurs personnes que j'avais rencontrées durant toutes ces années.

J'ai fais le point et je suis arrivé à la conclusion que ce grand projet était un échec :

  • une communauté en ligne ne fonctionnait pas, car internet s'est très fortement démocratisé, et il n'est pas aisé de faire le tri, pour éliminer les personnes avides de sexe qui peuvent très bien vivre sans animaux, et les personnes pour qui les animaux sont la raison de vivre.
  • la loi ne peut être changée. Nous vivons dans un état où la quantité de loi "injustes" et "mal pensée" est effarante, et nous ne sommes pas assez nombreux à être concernés par la loi actuelle pour essayer de la changer. Les événements comme le "Zoophiles Right Day" sont trop peu nombreux, et inexistants en France.

Mais un événement récent m'a fait prendre un nouveau départ, et m'a fait comprendre qu'il restait une mission à entreprendre.

Un nouveau départ

  • On ne peut pas changer la loi, c'est un fait.
  • On ne peut pas se dépêtrer des gens avides de sexe qui cherchent une initiation à la zoophilie, c'est un fait.

Récemment, j'ai appris qu'une personne "comme moi", pour qui la vie ne pouvait se faire sans animaux, a eu des problèmes avec la justice. Ses animaux ont été retirés.

C'est un terrible constat d'échec pour ma part : que de temps perdu dans des conneries, à perdre de l'énergie pour tenter de trouver une issue aux annonces de personnes pas intéressantes, et, pendant ce temps, une personne, qui représente les gens que je souhaite aider, trouver, avec qui je voulais au départ fonder cette communauté virtuelle, a eu des problèmes avec la justice.

Nous connaissons les risques, nous savons ce que dis la loi, nous connaissons les petites ruses qui permettent de ne pas se faire choper, et si un jour nous nous faisons choper, nous savons qui répondre, quoi faire, pour réduire au maximum les risques, et pour continuer de vivre avec nos animaux.

Et, lorsque cette personne, que je n'avais jamais rencontrée, a eu ses soucis, je me suis aperçu que toutes ces connaissances étaient réservées au cercle de la communauté qui se connait de visu, mais ceci exclu les personnes non encore rencontrées.

Je pensais, peut être naïvement, que toutes les personnes zoophiles de France allaient, au fil des années, se rapprocher de notre petite communauté d'amis, mais non, certaines personnes préfèrent vivre de leur côté.